Le robot de Valentin

L’idée de Valentin

Valentin est arrivé à l’ITEP, suite à un comportement inadéquat dans les écoles qui l’avaient accueilli. Son début de parcours dans la structure ne partait pas du bon pied. La question récurrente, que toute l’équipe se posait, était : “Mais ce jeune, qu’est ce qui le passionne ?”.

Après plusieurs essais infructueux ou sans grand intérêt, Valentin se trouva confronté à un ordinateur récalcitrant.

Ne comprenant pas grand chose à l’informatique, il ne tarda pas à faire des câlins à cette machine qui lui parlait dans un langage inconnu (certains adultes feraient de même si ce matériel ne coûtait pas si cher). Suite à cette action mouvementée, Valentin, lors de sa punition, dû réparer sa bêtise.

Au grand étonnement de tout le monde, l’ordinateur fut réparé sans aide extérieure.

“Mais Valentin, où as tu appris cela?”

“Ben, le week-end, je gratte des PC que j’ai récupéré à la déchetterie. Je comprends pas tout, mais ça marche.”

Depuis, Valentin démonte et remonte des ordinateurs, il répare ou met à jour certains composants récupérés sur des machines qui ne peuvent plus fonctionner. Ses référents l’encouragent et lui apportent la connaissance technique pour s’améliorer.

Puis, un matin pas comme les autres, Valentin démonte, bidouille, réfléchi et d’un coup “Eureka ! “. Le film de la veille ayant fait son chemin, il remarque dans l’atelier les éléments dont il a besoin et dit : ” je vais fabriquer un robot”.

“Bon, il me faut, une tour pour le corps. La tête, facile, je prends un écran. Mais les jambes ?”

Il tourne, il vire. Cherche dans une armoire. Se pose sur sa chaise, la tête entre les mains. “Mais qu’est ce que je prends ?” Puis, en sortant de la salle à la fin du cours, Valentin tombe nez à nez avec le vieux tas d’imprimantes qui devait partir à la benne.

“Demain, le robot est fini, c’est sûr !”.

Le jour suivant, Valentin arrive déchaîné dans la classe. Il a rassemblé tous les outils autour de lui. Il visse, il perce, il ajuste et vers midi, il dit :
“C’est bon tout le monde peut venir voir, je vais branché la bête.” Une fois qu’il est sûr d’avoir l’attention de la classe et des adultes, Valentin, un peu fébrile quand même, appuie sur le bouton.

Tadadam, le visage du robot apparaît avec en arrière son une voix venue dont ne sait où. Défi relevé, Valentin a montré une nouvelle possibilité de son intellect !

error: Content is protected !!